“Bénissez-moi, mon père, parce que j’ai péché”

(juin 2021)


“Bénissez-moi, mon père, parce que j’ai péché”
-prière à la confession

“...et remets-nous nos dettes, comme nous-mêmes nous remettons leurs dettes à nos débiteurs.” Matthieu 6:12

J'ai été baptisé et j'ai reçu l'Eucharistie pour la première fois à l'âge de 18 ans, lors d'une veillée pascale, il y a si longtemps qu'elle était antérieure à RICA. Bien que j'aie raté beaucoup de choses en ne grandissant pas dans l'Église, j'ai la chance de me souvenir avec éclat des détails de mes sacrements d'initiation et de les apprécier de tout mon cœur. Pour moi, l'Église est maison, abri, joie et amour. Je suis venu dans cette maison pendant les jours de célébration de Vatican II. Les fenêtres se sont ouvertes. Tous étaient les bienvenus. Tout était possible. Nous avons chanté et dansé joyeusement.

Au fil des années, l'Église et moi avons vécu des moments difficiles. Il y a eu un retour au progrès. Le scandale a meurtri et terni l'institution dans laquelle j'étais entré les yeux écarquillés. Je n'étais plus une jeune femme insouciante car je vivais les réalités du mariage, du travail, des enfants, de la maladie et de la perte. À travers tout cela, la foi m'a soutenu. Ma vocation vincentienne et ma famille vincentienne m'ont aussi soutenue.

Les Vincentiens sont bénis d'être appelés par le Dieu de réessayer. Quoi qu'il arrive, quels que soient nos échecs, nous pouvons revenir comme le fils prodigue. Lorsque nous exprimons notre chagrin, notre «Dieu de réessayer» nous accueille. Tout est pardonné et nous avons un nouveau départ. Parce que Dieu nous permet autant de reprises que nous en avons besoin dans notre vie, nous devons traiter les autres de la même manière. Dieu ne met pas de limites sur le nombre de fois où l’amour est donné, et nous ne devrions pas non plus.

La devise de notre Société est Serviens in spe - Nous servons dans l’espoir. Connaître notre Dieu aimant, pardonnant et redoutable nous donne de l'espoir. C’est à nous de partager notre espoir avec ceux que nous servons. Nous pouvons ne pas exprimer notre foi en tant qu'enseignants ou prédicateurs, mais nous montrons notre foi en gardant l'espoir pour chaque foyer que nous visitons, chaque repas que nous servons, chaque acte de bienveillance que nous accomplissons. Au lieu de demander «Combien de fois allons-nous aider?» nous nous souvenons que Jésus a dit que nous devons pardonner et permettre les reprises «soixante-dix fois sept». Nous vivons notre espérance en continuant à faire des visites à domicile, en continuant à servir et à aimer au nom de Jésus.


Dieu d’amour, nous te demandons pardon; nous pardonnons aux autres librement, comme tu pardonne.
Amen

Coin de la Spiritualité

Réflexions mensuelles
par Denise Bondy, responsable
Comité de Spiritualité CRON